Banniere
Banniere
accueil
accueil
 Le patois de va Farrère ... 


REMARQUES SUR LE PATOIS (1)

 

Enfants, n’oubliez pas le patois du village !


Les vieux s’en vont, dit la chanson ; les jeunes aussi, dit l’expérience, car ici-bas, tout change et disparaît même les mots : locutions du terroir et singularités logiques sont en train de passer à l’oubli, comme les pauvres mortels.


Vous qui restez

Versez un pleur !


Hélas, hélas ! Notre patois si franc, si jovial et si clair a baissé pavillon devant la grammaire, cette affreuse mégère qui fit jadis le cauchemar de nos plus belles années ; l’école a tué les traditions orales. Le doux parler de notre enfance n’est plus une exception gênante, et dans cinquante ans peut-être, on causera chez nous comme on cause à la ville … dès lors, adieu la poésie. A l’amateur de se hâter s’il veut recueillir encore quelques bribes avant le naufrage définitif.


A part de légères variantes, le patois de la montagne bourbonnaise me paraît accuser la même origine : c’est un mauvais français nuancé d’idiotismes nombreux, avec des termes, des inflexions et des finales d’une nature particulière ; c’est surtout dans les verbes qu’il est permis d’en saisir le caractère typique.


On devrait l’étudier très attentivement dans son principe pour le rattacher à un dialecte précis. Pour l’écrire suivant les exigences de ses aspirations, le meilleur moyen serait d’employer un système graphique qui représentât parfaitement les sons qu’on veut rendre et fût l’image fidèle de la prononciation commune, malheureusement, la chose est assez compliquée dans la pratique : il nous faudrait pour cela simplifier l’orthographe actuelle qu’on appelle étymologique, je ne sais vraiment pas pourquoi, car elle fourmille de contradictions étonnantes, or, il n’est pas prudent de lutter contre le courant de la routine, ne serait-ce que pour chercher un phonétisme raisonné dans l’expression de nos idées. Voilà comment, avant d’arriver à un résultat quelconque, les pêcheurs à la ligne prendront encore bien des ablettes en la rivière d’Allier.


Pascentur in aethere cervi !!


Que de succès cependant nous pourrions obtenir si nous voulions nous donner la peine d’appliquer la logique à l’extension du patriotisme ! Pour le maître comme pour l’élève, l’étude de la langue deviendrait moins aride, et l’étranger, le tunisien, le belge, l'algérien ou l’indigène de nos colonies lointaines verraient enfin disparaître ces anomalies choquantes qui ne font qu’embrouiller leurs notions déjà si confuses. Oh oui ! la joie serait grande sur les bancs de la primaire, si l’usage et l’académie daignaient reléguer au catalogue des antiquités grammaticales ces sombres th, ces ph et ces y qui nous viennent, dit-on, des rivages de l’Attique ; si on prenait courageusement le parti de nous supprimer les x à la fin des mots, et tant de lettres parasites ou superflues, tant de muettes inutiles, tant de doubles consonnes, comme s’il y avait avantage à multiplier les homonymes qui sont la plaie de tout langage précis. C’est le cas ou jamais de prier pour la réforme.


Pour le moment, nous allons nous efforcer de résumer en quelques règles les observations que nous avons pu faire sur le patois du pays de Farrère : Etudier son mécanisme et noter en passant les modifications successives qu’il subit dans ses préfixes et ses désinences, suivant le genre, le nombre et la personne, tel est le but que nous nous proposons ; le travail est ingrat, comme tout ce qui touche à la linguistique, nous comptons un peu sur la bienveillance habituelle du lecteur pour atténuer l’ennui des subdivisions, des paragraphes et des numéros.


OBSEVATIONS PRÉLIMINAIRES


1° Les accents ont la même valeur qu’en français

2° Les signes (   ) et (-) sur une voyelle ou sur une diphtongue sont, comme en latin, pour marquer les brèves et les longues.

3° (L) indique une L mouillée.

4° aòu se prononce d’une seule émission de voix.


I. ARTICLES


Les articles le et la s’expriment comme en français.

Les (m.) fait lou et les (f.) fait .

Du, daou ; des (m), da et des (f.), de .

Au, aou ; aux (m.), a et aux (f.), a .

Remarque – Au féminin pluriel, devant un nom commerçant par une voyelle, l’é de l’article s’édile, et L devient mouillée. – Ex. : les heures, l’oùré.


II. NOMS


Les noms masculins se prononcent au pluriel comme au singulier. Ex. : l’homme, l’houme ;les hommes, lou oume.

Exception – les noms masculins en a font leur pluriel en a. – Ex. : Le pré, le pra ; les prés, lou pra ; le blé, le bla ; les blés, lou bla.


Remarque – 1° la plupart des noms féminins qui se terminent par un e muet ont leur singulier en a et le pluriel en e muet. – Ex. La femme, la fena ; les femmes, lé fene.

Nos voisins d’Auvergne diraient : La fena (sing.), la fénà (plur.)

2° Les autres noms féminins sont invariables.


III. ADJECTIFS


Comme les noms, les adjectifs sont invariables au masculin et forment généralement leur féminin en a pour le singulier et en e pour le pluriel. – Ex. Le blé est cher, le bla é cha ; les blés sont chers, lou bla son cha ; cette toile est chère, klà tala é chéra ; ces toiles sont chères, klé tale son chére.


Exceptions – 1° Quelques adjectifs font cependant leur féminin singulier en e et ne changent pas au pluriel. – Ex. La cerise est mûre, la sréze é mouére ; les cerises sont mûres, lé sréze son mouére.


En certains pays d’Auvergne, on dirait au pluriel : la saréza la son madùra.


2°Les adjectifs et les participes passés de la première conjugaison qui ont la même terminaison ont le masculin en a invariable, le féminin singulier en a et le féminin pluriel en é. – Ex. Le froment est moissonné, le froumin é messouna ; l’avoine est moissonnée, l’avena é messouna ; les avoines sont moissonnées, l’avene son messouné.


IV. PRONOMS ET ADJECTIFS DETERMINANTS


1° Pour les pronoms personnels employés comme sujets, voir les verbes.

2° Masculin : Ce, celui, ikó, , celui-ci, ko-tche ;celui-là, ko-lé ; ces, ceux, ikà.

Féminin : Cette, celle, iklâ, klâ ; ces, celles, iklé, klé ; cela, kun. – Ex. : C’est cela, ou é kun.

Nota – La voyelle s’élide quand le nom suivant commence par une voyelle, excepté au masculin pluriel. – Ex. : Cet homme, ik’ l’oume ; ces arbres, ika ébre ; cette étoile, ik’ l’étala ; ces étoiles, ik’l’étale.


Les adjectifs possessifs ont les deux genres au pluriel. – Ex. Mes prés, mou pra ; mes terres, mé tàre ; ses pacages, sous patji, et mieux, patchi ; ses bruyères, sé bregére.


Cependant, leur se rend par lou pour les deux genres. – Ex. : Leurs bois, lou bòòu ; leurs châtaignes, lou chatagne.


Les pronoms possessifs mien, tien, sien, font mi, ti, si, pour les deux nombres ; mienne, tienne, sienne, mia, tja ou tcha, sia pour le singulier ; comme en français ; pour le pluriel. Lui se rend par le. – Ex. : C’est le mien, ouè le mi. Tous, adjectif, fait tou ; pris substantivement, trétou.

Le, signifiant cela, se dit you. – Ex. : Je vais le faire, ai voué you fouére.


V. VERBES


 AUXILIAIRES

 

ÊTRE

 

En patois, le verbe être dans ses temps composés se conjugue avec lui-même et le participe passé s’accorde avec le sujet ; il fait étâ au masculin singulier et pluriel, étà au féminin singulier, été au féminin pluriel.


Indicatif présent – Ai su, je suis ; t’é, tu es ; aòu l’é, il est ; ne sin, nous sommes ; aòu sé, vous êtes ; ai son, ils sont.


Imparfait – Y’érin, j’étais ; t’éro, tu étais ; aòu l’ére, il était ; n’éran, nous étions, ou’érà, vous étiez ; y’éran, ils étaient.


Passé défini – Ai fi, je fus ; te fi, tu fus ; aòu fi, il fut ; ne firin, nous fûmes ; aòu firé, vous fûtes ; ai firon, ils furent.


Passé indéfini – Ai su étà (m.) et ai su étà (f.), j’ai été, première personne du singulier ; ne sin étâ (m.) et ne sin été (f.), nous avons été, première personne du pluriel ; etc.


Plus-que-parfait – Y’érin étà, j’avais été ; etc.


Futur – Ai seré, Je serai ; te sera, tu seras ; aòu serâ, il sera ; ne serin, nous serons ; aòu seré, vous serez ; ai seran, ils seront.


Futur antérieur – Ai seré étâ, j’aurai été ; etc.


Conditionnel présent – Ai serin, je serais ; te serò, tu serais ; aòu seré, il serait ; ne seran, nous serions ; aòu serà, vous seriez ; ai seran, ils seraient.


Passé – Ai serin étâ, j’aurais été ; etc.


Subjonctif présent – Qu’ai sün, siin, que je sois ; que te siò, que tu sois ; qu’aòu sié, qu’il soit ; que ne sian, que nous soyons ; qu’aòu sià, que vous soyez ; qu’ai sian, qu’ils soient.


Imparfait – Qu’ai fissin, que je fusse ; que te fissò, que tu fusses ; quaòu fisse, qu’il fût ; que ne fissan, que nous fussions ; qu’aòu fissà, que vous fussiez, qu’ai fissan, qu’ils fussent.


Infinitif présent – Etre


Passé – Etre, étâ (masc. sing et plur.), étâ (fém. sing.), étà (fém. plur.) – Avoir été.


Participe présent – (Inusité)


Passé – Etâ (masc.), étà (fém.) étà (fém. plur.) – Ayant été.


AVOIR – AVÉ


Indicatif présent – Y’é, j’ai ; t’à, tu as ; aòu l’a, il a ; n’an, nous avons ; ou ayé, vous avez ; y’an, ils ont.


Imparfait – Y’ayin, j’avais ; t’ayò, tu avais ; aòu l’ayo, il avait ; n’ayan, nous avions ; ou ayà, vous aviez ; y’yan, ils avaient.


Passé défini – Y’ayi, j’eus ; t’ayi, tu eus ; aòu l’ayi, il eut ; n’ayirin, nous eûmes ; où ayirè, vous eûtes ; y’ayiron, ils eurent.


Passé indéfini – Y’è oyu, j’ai eu ; etc.


Plus-que-parfait – Y’ayin oyu, j’avais eu ; etc.


Futur – Y’auré, j’aurai ; t’aourà, tu auras ; aòu l’aourâ, il aura, n’aouran, nous aurons ; ou’aouré, vous aurez ; y’aouran, ils auront.


Futur antérieur – Y’aouré oyu, j’aurai eu ; etc.


Conditionnel présent – Y’aourin, j’aurais ; t’aourò, tu aurais ; aòu l’aouré, il aurait ; n’aouran, nous aurions, ou’aourà, vous auriez ; y’aouran, ils auraient.


Passé – Y’aourin oyu, j’aurais eu ; etc.


Subjonctif présent – Que y’ayin, que j’aie ; que t’ayò, que tu aies ; qu’aou l’aye, qu’il ait ; que n’ayan, que nous ayons ; que ou ayà, que vous ayez ; que y’ayan, qu’ils aient.


Imparfait – Que y’ayissin, que j’eusse ; que t’ayissò, que tu eusses ; qu’aòu l’ayisse, qu’il eût ; que n’ayissan, que nous eussions ; que ou’ayissià, que vous eussiez ; que y’ayissan, qu’ils eussent.


Passé – Que y’ayin oyu, que j’aie eu ; etc.


Plus-que-parfait – Que y’ayissin oyu, que j’eusse eu ; etc.


Infinitif présent – Avé, avoir.


Passé – Avé oyu, avoir eu.


Participe passé – Oyu (masc. sing. et plur.) ; oyuâ (fem. sing.) ; oyue (fém. plur.).


VERBES ACTIFS, PASSIFS ET NEUTRES


Ces verbes se conjuguent dans leurs temps composés avec l’auxiliaire avoir ou être, et le participe s’accorde avec le sujet ou le régime, d’après les mêmes règles qu’en français.


Les verbes en er ont l’infinitif en a, ceux en ir en i ; les verbes en re ont la même terminaison que rendre.


Recevoir et autres verbes semblables ont aussi l’infinitif en re. Cependant, savoir, vouloir, valoir et pouvoir font à l’infinitif savé, voulé, valé et pouyé.


Savé se conjugue comme avoir, les autres subissent à peu près les mêmes irrégularités qu’en français, si ce n’est au subjonctif présent et imparfait qui se forme régulièrement du radical de l’infinitif : qu’ai valin, qu’ai voulin, qu’ai pouyin.


A noter encore le participe passé pouyu du verbe pouvoir. Panre (prendre) fait pré (pris), prése (prise).

Lire (lire) fait liyu (lu), liyua (lue), liyue (lues).

Meuri (mourir) fait mouo (mort), mouorta (morte), mouorte (mortes).


Le participe présent n’a rien de particulier.


QUELQUES VERBES IRREGULIERS


Alà, aller – Indicatif présent : ai voué, te voué, aou voué, ne van, ou’alé, ai van. – Impératif : voué – Participe passé : étâ, étà, été (verbe être).


S’assire (s’asseoir) – Indicatif présent : ai m’assi – Participe passé : assi, assitche.


Bénître (bénir) – Participe passé : béni, bénéte – Ex : Du pain béni – daòu pan béni ; de l’edje bénéte, de l’eau bénite.


Bère (boire) – Participe passé : béyu, béyua.


Crère (croire) – Participe passé : créyu, créyua.


Craître (croître) – Impératif : crêche – Participe : créchu.


Drémi (dormir) – Indicatif présent : ai dé – Participe : drémi


Fouére (faire) – Indicatif présent : ai foué – Participe passé : foué, fouetje, et mieux : fouetche.


Naître (naître) – Participe passé : nessu, nessua.


Partir (partir) – Participe passé : parti, partja, ou mieux : partcha.


Vivre (vivre) – Participe passé : vivu.


VI. MOTS INVARIABLES

 

PRÉPOSITIONS


En, en ; avec, envé ; envers, envé ; entre, entre ; sans, sen ; vers,  ; voici, véci ; sur,  ; chez, chi ; dans, din, dedin ; devant, davan ; derrière, dari ; pour,  ; par, .


ADVERBES


1° De temps – Aujourd’hui, aneu (de a privatif et nox, nuit) ; maintenant, avra, ad horam ; tout-à-l’heure, tout avra ; bientôt, d’abord, dabouò; déjà, dija ; demain, deman ; hier, hié ; encore, inkéra.


2° De lieu – Ici, là, itche, itje ou tche ; où, yon ; dehors, fora ; là-bas, yan ; d’ici là-bas, dcilan, ou mieux : dci-yan ; là haut, a-mon ; d’ici là haut, dciamon.


Pour indiquer la direction horizontale, on dit : là, en face, lai ; un peu plus loin, dci-lai.


Les verbes qui expriment le mouvement dans les trois positions ci-dessus, sont : monta, monter ; douala, descendre ; foura, aller droit devant soi.


3° Autres adverbes – Un peu, un mijon ; davantage, plus, moué ; oui, oué et oi.


PARTICULARITÉS DANS LA PRONONCIATION


I


1°L se rend par Y et se prononce fortement de la langue dans la plupart des mots français en ILL – Ex. : cuiller, kuyi ; meilleur, méyou ; lièvre, yébre ; échelon, échiyon.


2° GL se prononce de la même manière, en certains cas. – Ex : église, éyése ; étrangler, étranya ; seigle, seiye ; gland, ayan ; glace, yassa ; glui, yeu ; lien, yan ; milan, muyan.

Exceptions – groseille fait greusèla ; épingle, épinla.


II – CL, FL, GL


CL, FL, GL sont très difficiles à rendre ; il faut être montagnard pour traduire exactement l’aspiration qu’ils supposent, car la prononciation de ces différentes lettres et essentiellement caractéristique, ainsi les gens du pays ont une manière spéciale d’énoncer les mots français suivants : flan (sorte de pâtisserie locale), boucle, clef, claude, glas, clou, flamber.


III – DJ ET IJ


Les voyelles E et I précédées d’une dentale et suivies d’une dipthongue ou d’une voyelle, sont remplacées par J. – Ex : dieu, djeu ; étudier, étudja ; eau, edje ; cordeau, cordjau.

Quelquefois cependant c’est par un TCH. – Ex : matière, matchère ; couteau, coutchau ; tuile, tchaoula ; moitié, moutché ; pitié, pitché.


IV - MOTS EN EAU


Dans les mots français terminés en eau, quand il n’est pas modifié par les exigences de la règle précédente, l’E se change en I. – Ex : écheveau, échaviau ; oiseau, aousiau ; beau, biau, béla (fém.) ; nouveau, nouviau, nouvéla (fém.).


V - MOTS EN AL ET EN AU


Les mots en AL et en AU font toujours AU quel que soit leur nombre. – Ex : un cheval, un chevau ; un maréchal, un maréchau.


VI - MOTS EN IER ET EN OIR


1° Les noms et adjectifs en IER font I. – Ex : menuisier, menuisi ; ceriser, sardi ; alisier, aluji ; meunier, màouni ; poirier, péri.

2° Les noms en OIR font AOU. – Ex : arrosoir, arousaòu ; entonnoir, entounaòu.


VII - MOTS TERMINÉS PAR UNE CONSONNE


En patois, on ne prononce pas la ou les consonnes qui terminent les mots français, mais les voyelles ou les dipthongues finales sont ordinairement longues, observation qui s’applique également au n°VI. Au féminin des adjectifs, la consonne reparaît. – Ex : amour, amòu ; bonheur, bounèu ; char, chà ; sac, sa ; soif,  ; soleil, soulé ; court, cou (masc.), courta (fém.) ; pareil, paré (masc.), paréia (fém.) ; mûr, moué (masc.), mouére (fem.).


Quelques verbes en oir ont l’infinitif en re. – Ex : recevoir, recevre.


Les Pions, au contraire, roulent énergiquement les R de la fin. – Ex : l’honneur, l’ouneurr ; mon âme, moun arma ; la table, la trable.


VIII

 

Dans les mots qui doublent les consonnes M et N, la première consonne se change en U et forme dipthongue avec la voyelle qui précède. – Ex : pomme, pouma ; charbonnier, charboùni ; personne, parsoùna ; tonnerre, touné.


Cependant, comme fait Kma, connaître, knutre, ainsi pour quelques autres.


MOTS PATOIS RÉELLEMENT CARACTÉRISTIQUES

 

Bujà, lessive ; schiappa (avec l’aspiration locale), éclat de bois ; yenda, montant de la porte ; eïùda, éclair ; daille, faux ; epeli, éclore, jouaille ; verge flexible ; grioule, houx ; écoussaòu, fléau pour battre le blé ; avià, donner (en mauvaise part) ; , pieu ; ïansaòu, drap de lit ; , cercueil ; tarnige, chiendent ; dja, fouet ; paoù, planche ; piaòu, cheveu ; raïà, gouailler ; bina, alouette ; fau, hêtre ; éveïon, soufflet (coup sur la joue) ; mazéla, fourmi ; gruma, larme ; segre, suivre ; viau, petit sentier.


Si je te donne un soufflet ! s’ai t’avie un éveïon !


Donne donc ? avià mà.


Tel est, en résumé, l’exposé des particularités les plus saillantes concernant le patois de Farrère. J’aurais pu m’étendre d’avantage, mais ces quelques notes suffiront, je l’espère, pour donner une idée de ce vieux langage que nous aimons toujours, en dépit des manuels et de l’Académie.


Pierre ENCIZE


(1) Je suis très heureux de pouvoir remercier ici d’une manière toute particulière M. l’abbé, M Cognet de la Guillermie, pour les notes si précieuses qu’il a bien voulu me communiquer.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 




© Copyright 2011 -- Réalisation et Design Trifiro-Développement -- Contenu du site Internet Responsables Communication de la Mairie de Ferrières sur Sichon --