Banniere
Banniere
accueil
accueil
 1918 cent ans après 


Lundi 11 novembre 1918, 11h, dans toute la France, les cloches sonnent à la volée… après 4 ans de combats, c’est la fin de la Première Guerre Mondiale qui laisse derrière elle 9 à 10 millions de morts et 6 millions de mutilés !

Dimanche 11 novembre 2018, à 11h, les cloches de Ferrières sur Sichon sonnent à la volée pendant 11 minutes pour commémorer le 100ème anniversaire de l’Armistice de la Première Guerre Mondiale. A 11h30, le cortège prend forme et part de la place de l'église pour rejoindre le Monument aux Morts avec les enfants de l'école à sa tête.

 



Après le dépôt de gerbe et la minute de silence la chorale des P'tits Mozart accompagnée par les enfants chantent notre hymne national, " La Marseillaise".




Puis nos petits écoliers lisent le message du Président de la République en hommage à tous les morts tombés pour la France.




L’assistance, nombreuse et recueillie, est composée d' anciens combattants, d'élus, de sapeurs pompiers, d’habitants de Ferrières. Suit la lecture des noms restaurés des morts pour la France inscrits au Monument aux Morts. Jean Marcel LAZZERINI, Maire de Ferrières prend la parole pour remercier les élus qui ont oeuvré pour la restauration du monument. Puis la chorale des P'tits Mozart entonne "Dans les tranchées de Lagny", un chant écrit par un soldat anonyme du 69ème sur la musique de "Sous les ponts de Paris" de Vincent Scotto.



En face d'une rivière
Du côté de Lagny
Près des amas de pierres
Qui restent de Lagny,
Dans la Tranchée des Peupliers
Vite on se défile en cachette
Braquant le fusil sur l'ennemi
Prêt à presser sur la gâchette.


Aux abords de Lagny
Lorsque descend la nuit
Dans les boyaux on s'défile en cachette,
Car la mitraille nous fait baisser la tête.
Si parfois un obus
Fait tomber un poilu


Près du cimetière on dérobe ses débris
Aux abords de Lagny.


V'la la soupe qui s'achève,
On prépare son fourbi,
Car ce soir, c'est la relève,
On va quitter Lagny.
Des provisions et son bidon,
Voilà ce que jamais on n'oublie.
Au petit bois, je connais l'endroit
Où l'on surveille sa patrie.


Aux environs de Lagny
Lorsque descend la nuit,
Comme on ne peut se payer une chambrette,
Le brave troupier se prépare une couchette
Dans un trou ténébreux
Faisant des rêves affreux,
Il se relève pour veiller à l'ennemi,
Aux environs de Lagny.


Aux environs de Lagny
Lorsque descend la nuit
Le brave troupier est couché sur la terre
Dans son sommeil il oublie la misère
Si la paix venait sous peu
Comme nous serions heureux,


Plus de massacre, nous reverrions nos pays
Qui sont loin de Lagny.


La commémoration s'achève à la stèle François RIBOULET. Et comme le veut la tradition, l'ensemble des participants à cette cérémonie se sont retrouvés autour du verre de l’amitié offert par le conseil municipal à la salle des fêtes.

 





© Copyright 2011 -- Réalisation et Design Trifiro-Développement -- Contenu du site Internet Responsables Communication de la Mairie de Ferrières sur Sichon --