Banniere
Banniere
accueil
accueil
 N'oublions jamais ... 

La deuxième journée du souvenir organisée en mémoire des déportés et résistants des Bois Noirs a rassemblé le dimanche 7 septembre au coeur de la Montagne Bourbonnaise, le monde des anciens combattants et de nombreuses personnalités locales. L'hommage a été marqué par plusieurs cérémonies officielles sur quatre sites, ponctuées par : des dépôts de gerbes de fleurs au pied des stèles, des allocutions, une minute de silence, la sonnerie aux morts, le chant des Partisans et de La Marseillaise. A Ferrières, Henri DIOT, conseiller municipal a rappelé l'arrestation de François RIBOULET, résistant, le 22 septembre 1944, alors qu'il revenait d'assister aux obsèques d'un ami. Déporté en Allemagne, il est décédé au camp de Buchenwald le 13 mai 1945.

 

ALLOCUTION D’HENRI DIOT A LA STELE FRANCOIS RIBOULET

LE 7 SEPTEMBRE 2014

 

Mesdames, Messieurs, chers amis,

 

La stèle devant laquelle nous nous trouvons ainsi que la plaque apposée sur la façade de la maison qu'occupait François Riboulet  mentionnent «déporté et décédé au camp de Büchenwald».

Nous ne pouvons imaginer ce que ces quelques mots évoquent d'épreuves, de souffrances, de conditions de vie inhumaines.

Il n'est revenu de ce lieu sinistre que l'alliance de François Riboulet, remise à sa famille par un compagnon d'infortune rescapé de l'enfer concentrationnaire. François Riboulet n'a pas eu la possibilité de raconter son calvaire, mais d'autres ont témoigné, et on peut reconstituer ce que furent la déportation et la détention dans les camps nazis. Je voudrais donc aujourd'hui vous rappeler cette réalité effrayante.


Le camp de concentration nazi de Buchenwald se caractérise par la cruauté de son histoire et par sa spécificité politique.

 

Pendant huit ans, de juillet 1937 à avril 1945, le système concentrationnaire de Buchenwald exécute, élimine, torture, exploite, affame, déshumanise des centaines de milliers d'hommes, et livre à la postérité ce que l'humanité peut faire de pire et de mieux : des bourreaux qui ont martyrisé les hommes et des héros dont la solidarité a tantôt sauvé, tantôt rendu espoir à une masse humaine anéantie par la vie concentrationnaire". C'est ainsi qu'Agnès Triebel, auteur de l'ouvrage "La Déportation dans les camps nazis" évoque ce que fut le camp de concentration de Buchenwald l'un des plus sinistres du système que les nazis avaient mis en place dans une Europe dominée.

François Riboulet a été arrêté le 22 novembre 1943, dans des conditions que j'ai évoquées les années précédentes. Emprisonné à Vichy, puis à la Mal-Coiffée à Moulins, interné à Compiègne il est déporté à Büchenwald le 17 janvier 1944, dans le convoi 1171; il y arrive le 19 janvier et devient alors le prisonnier matricule 40353.

Comme François Riboulet, René Coutarel était un résistant d'Auvergne qui fut arrêté et déporté à ¨Büchenwald depuis le camp de Compiègne, à quelques jours seulement d'intervalle. Voici ce qu'écrit sa fille Martine Coutarel dans le livre qu'elle consacre à la mémoire de son père intitulé: "Du Chêne de Goethe aux étoiles": "Le 22 janvier 1944, 2006 hommes dont 1864 Français, partent de la gare de Compiègne pour l'Allemagne. C'est le quinzième convoi parti de Compiègne. Les conditions de transport, car il s'agit bien d'un transport d'hommes-sont indescriptibles. Les prisonniers sont rapidement et brutalement entassés dans les wagons ouverts, cent par wagons. Les SS comptent, recomptent, hurlent, frappent, vocifèrent tout comme leurs chiens. Un climat de terreur est installé et celui de la déshumanisation va suivre. Quand enfin le brouhaha s'éteint, les portes sont verrouillées. Le convoi roule au pas, des jours et des nuits. Le seul repas est une distribution de soupe en gare de Trêves. Les hommes restent debout, cherchant un peu d'air à travers les lattes de bois. Les plus calmes essayant d'apaiser les tensions qui montent. C'est la pagaille, l'air est vicié par les odeurs qui se dégagent du bidon destiné aux excréments qui, en s'accumulant, finissent par déborder. Il est inutile de décrire les sentiments de compassion et d'entraide envers les plus faibles, les plus malades pour certains, et d'agressivité pour d'autres. Ils souffrent tant du manque de place, d'air et d'eau que la faim devient presque secondaire. Le wagon n'est plus qu'un crescendo d'impatience, d'énervement, voire de violence".

Voici maintenant comment le pasteur Aimé Bonifas, arrêté lui aussi en 1943, décrit son arrivée au camp de Büchenwald: "Toujours encadrés de policiers armés de matraques, nous sommes conduits devant le bâtiment des douches. Et il faut attendre, debout, sans rompre les rangs. Il est très tard, on a faim, on a soif, il commence à pleuvoir, la colonne n'avance que lentement. Enfin, vers deux heures du matin, c'est à mon tour d'entrer. En un instant, je suis dépouillé de tous mes vêtements, absolument nu, rasé à la tondeuse électrique  sur toutes les parties du corps, douché, aspergé d'un désinfectant, habillé avec les effets hétéroclites que l'on m'attribue, comme ils se présentent, je reçois un dossier matricule et je me retrouve dehors avec mes camarades complètement abasourdis. Je ne suis plus désormais que le "Häftling" 20 801. Voilà comment, grâce à l'organisation allemande, fonctionne l'usine à déshumaniser".

 

De 1937 à 1945, 266 000 personnes ont été enregistrées dans le camp. 56 000 ont succombé, de faim, de maladies ou d’épuisement ou ont été froidement assassinés. François Riboulet fut l'un d'entre eux. Nous sommes ici pour honorer sa mémoire. J'ai insisté l'année dernière sur l'importance des symboles qui figurent sur ce monument, symboles qui portent des valeurs sacrèes: l'attachement à la Liberté, à la Justice, à la Solidarité, à ce qui fonde notre République. François Riboulet, puis son fils Jean-Baptiste, ont porté ces valeurs avec un courage et une droiture exemplaires, leurs descendants peuvent en être fiers, et nous, habitants de Ferrières, reconnaissants de leurs actions dans la Résistance qui a tant compté dans la reconquête, non seulement de la liberté et de la République, mais surtout de l'honneur de notre Patrie meurtrie et divisée.

 

Les horreurs que je viens de décrire appartiennent-elles à un passé lointain? L'histoire peut-elle conduire de nouveau les hommes à de tels crimes? Nous savons bien que la guerre n'est pas loin de nous, ni dans le temps, ni dans l'espace. Nous savons bien également, que pour préserver la Paix, il nous faut connaître précisément le passé et en tirer les leçons qui s'imposent, mais aussi, imprégnés du message que nous ont transmis les Résistants comme François Riboulet, rejeter tout ce qui va aujourd'hui à l'encontre des libertés, de la justice et du respect de la dignité humaine. Tel est le sens de cette cérémonie et d'une façon générale, du travail de mémoire. Je terminerai simplement avec cette affirmation de Paul Vaillant-Couturier: "L'intelligence défend la Paix; l'intelligence a horreur de la Guerre".

 

Mesdames et Messieurs, chers amis, merci de m'avoir écouté.

 

 



© Copyright 2011 -- Réalisation et Design Trifiro-Développement -- Contenu du site Internet Responsables Communication de la Mairie de Ferrières sur Sichon --