Banniere
Banniere
accueil
accueil
 Chronique en patois ... 

UN PÉCHAOU DE TRUÊTES DE L’ANCIEN TIN

 

QUAU QUE CNUCHONT PAS QUAOU PETIT HOUMME DE VA FARRÉRE QUE S’APPELE LE PETIT PAUL DE VA LES PIERRES. UN CO QU’AOU PASSOT VA SAINT-CIAMINT AOU VENIT ME VEIR. Y LE FAYI SITA A COUTA DE ME, MAIS AOU TENOT PAS EN PLACE, AOU CARDO DERAN SUR SA SELLE, CHARCHANT DES MIGES DE TABAC PA SES POCHES SANS TROP RIN DIRE TOUT QUEMA SI AOU L’AYO PAUR DE PARLA.

 

Allons, Paul, carda donc pas tant, dis me veir un mijon quema te les preno que les truêtes.


 

Et le Paul se lancit et, un co lança, aou s’arrêto pus de parlâ :


 

Ou y en a bintot pas un dins la montagne qu’a preis autant de truêtes que me. Dins le Sichon, dins le Terrasson et même dins la Besbre au-dessus de va Saint-Ciamint. Y allins à la pêche de neut, enva n’a veuille lampe à carbure qu’y fayins marcha à fond, et pa qu’ou fayisse pus ciar, y ayins meis pas darrié daou papier de chocolat que brillot quema un soulé. Les truêtes sant éboriées*, y bougeant pus et y ayins mâ qu’à les penre à la man. Una neu y n’en preni cent seize. Y n’en aurins mieux preis, mais y ayins pus de place dins mou paniers, y fus obligea d’arrêta passe que y sayins pus yon les mettre.

 

 

T’ayaous pas paur da gendarmes, Paul ?

 

Non, y n’ayins pas paur. Figure te que y ayins un chin que s’appelo Rami. Aou me suivot partout, même pa la ribère, dins l’aidje. Quand  y  péchin si ou me simblo écoutâ daou bru, y ayins mâ qu’à dire : « Rami, vouas t’en fouaire un tour par itchi, t’aviseras si ou vint parsounne. »

Et le chin parto.Y apitins un moument, et si le chin jappo pas, y ayins pas besoin de me fouaire daou mauvais sang, y pouyins pêchâ tranquille.

Ah, le Rami ou so un bon chin. Ou y’a un co qu’y pêchins dins le Sichon en dessous daou Moulin Doyat, y ayins dijà preis quoque truêtes, tout d’un co le chin se mettit à jappâ tout quema si aou se ginso après quoqu’un. Y tuit ma lampe et me v’la parti à saut contre bas pa le baous. Le chin tornit aou bout d’un grand moument. Ou so sans doute un sinya qu’aou l’ayot sintu.

 


Un autre co, do monde d’Arrounnes m’ayant demanda de penre un plat de truêtes pa un repas de proumére communion. Ou y en falllot aou moins trente. Me v’la parti de neut enva ma moto pa pêchâ dins le Sichon en dessous d’Arrounnes. Ique la neut, les truêtes sortant pas bien et ou sot jour quand y ayi fini. Y metti le panier de truêtes sus la moto et y m’en allins quand en passant va le Gué Chervais, qué qu’y veyou, lou gendarmes aou mitan de la route. Y me fayiron signe d’arrêtâ, mais me, pas si bête, y metti  pleins gaz, en cachant le numéro de la moto enva mon bounneu. Y passit devant le nâ da gendarmes y ayiront pas le tin de you veir. D’itichi qu’ayiront montan din yaur auto pas me coure après, ou y a lontin qu‘y sins loin. Y pinsou ben qu’y a jamais passa si près de me fouaire pinçâ. Aneu, à moun âge, y peux pus fouaire quin. A quatre vingt-treis ans y peux même pus me giblâ.

 


Dis donc, Paul, t’as jamais essaya de brûla la ribère ?


Ah, Djou de Djou, pa quo te me prins ? Non, y ai jamais fait quin. Y ai posa d’y arignées, da filets, y a pêcha à la man, y a pêcha de neut à la lampe, mais y a jamais meis de pouéson.

 

Et des caraviches * Paul, ten as-tu-preis ?

 

Oh, da milles, y allins y’éboriâ de neut enva ma lampe à carbure. Aneu, t’en trouve même pâs la quoua d’une. A peu, aneu, ou y a da gardes, des sociétés de pêche ; dins le tin, ou ayot rin de tout iquin, alors y fayins gin de mau. Aneu, s’y veux pêchâ, y prenou n’a ligne, quema tout le monde.

 

 

* Eboriées : éblouies

* Caraviches ou carabiches : écrevisses

 

 

Pour écrire cette histoire en patois, Maurice BURNOL, son auteur, s’est inspiré d’un article qu’il avait réalisé pour le livre « Passion Pêche » paru en 1991 aux éditions Lambert Laurent, conçu pour initier les jeunes à la pêche.

 

 

 

 

 

 

 




© Copyright 2011 -- Réalisation et Design Trifiro-Développement -- Contenu du site Internet Responsables Communication de la Mairie de Ferrières sur Sichon --