image description image description image description image description image description image description
home
Banniere
accueil
accueil
Dernière mise à jour du site : 1er juin 2020




  Bienvenue à Ferrières sur Sichon ! 

A vingt-cinq kilomètres de Vichy et au carrefour des anciennes provinces du Bourbonnais, de l’Auvergne et du Forez, FERRIERES SUR SICHON, dans le cadre verdoyant de sa campagne environnante, le charme d’un petit bourg accueillant et sympathique qui ne manque pas d’attraits.


Pierre Encize, érudit local, a écrit  " l’histoire de FERRIERES se perd dans la nuit des temps… ". Ici, gours, grotte, rochers, bois et châteaux dévoilent légendes et mystères.

Le village tirerait son nom des ouvriers forgerons qui, en cet endroit, auraient bâti barrage, fonderie et forge pour exploiter le minerai de fer.

Certains objets du site archéologique du hameau de Glozel, datés par la technique du carbone 14 ou par thermoluminescence, attestent la présence de l’homme aux environs de  Ferrières de nombreux siècles avant notre ère.

Village à vocation agricole et forestière avec son commerce et son artisanat, FERRIERES se tourne aujourd’hui vers le tourisme vert avec son arboretum, son moulin, ses sentiers de randonnées.
                                                                                                                                                                                                           

 L'image de la semaine ... 

 

 


 Mercredi 20 mai 2020 
Le coin des producteurs locaux reprend du service !

 


 La photo mystère ... 

 

 

 

 

Regardez bien cette photo. En vous creusant les méninges pour réveiller vos souvenirs, vous pourrez peut-être nous aider à identifier les personnes qui ont pris la pose pour cette photo à l'occasion de la kermesse du 27 juillet 1969. A vous de jouer !
               
Merci de nous transmettre vos informations à cette adresse courriel :
ferrieres.siteweb@gmail.com

Retrouvez les précédents clichés dans la rubrique "photos mystères" du site !


  L'actualité du moment ... 




Tout ce qu’il faut savoir pour vivre au quotidien pendant l’épidémie de coronavirus

Mairie, Agence Postale Communale, attestation de déplacement dérogatoire, entraide entre voisins …

Retrouvez à la rubrique "COVID-19" du site internet toutes les informations pour s’organiser au quotidien à Ferrières-sur-Sichon, durant l’épidémie de coronavirus.

Dernière mise à jour de la rubrique COVIDE-19 : 30 mai 2020

 Qu’un nouviau va Farrère*... 

 Dimanche 28 juin :   Le Premier ministre a récemment annoncé la date du second tour, initialement prévu le 22 mars. Il se tiendra, du fait de l’épidémie de Covid 19 le 28 juin prochain si les conditions sanitaires sont remplies.

Les modalités viennent d'en être fixées par le décret pris en Conseil des ministres le 27 mai.

Le gouvernement consultera le conseil scientifique dans quinze jours. S’il devait émettre un avis défavorable du fait de l’évolution de l’épidémie de Covid-19, le second tour des élections municipales ou les deux tours pourraient être à nouveau reportés, « au plus tard en janvier 2021 ».

À Ferrières-sur-Sichon comme dans les 31 autres communes de l'Allier concernées, le 2ème tour fera l’objet de la plus grande vigilance quant au respect des prescriptions et recommandations sanitaires afin de protéger les électeurs et les membres du bureau de vote.


 Jeudi 27 mai Le symbole de l'union

 

Voici le texte de loi instituant le 27 mai Journée Nationale de la Résistance :

JORF n°0167 du 20 juillet 2013 page 12129
texte n° 1


LOI n° 2013-642 du 19 juillet 2013 relative à l'instauration du 27 mai comme journée nationale de la Résistance

NOR: DEFX1308316L

ELI: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2013/7/19/DEFX1308316L/jo/texte
Alias: https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2013/7/19/2013-642/jo/texte


L'Assemblée nationale et le Sénat ont adopté,
Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Article 1 

La République française institue une journée nationale de la Résistance.

Article 2 

Cette journée, ni fériée, ni chômée, est fixée au 27 mai, jour anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance.

Article 3

Dans le cadre de cette journée anniversaire, les établissements d'enseignement du second degré sont invités à organiser des actions éducatives visant à assurer la transmission des valeurs de la Résistance et de celles portées par le programme du Conseil national de la Résistance.
La présente loi sera exécutée comme loi de l'Etat.


Fait à Paris, le 19 juillet 2013.


François Hollande


Par le Président de la République :


Le Premier ministre,

Jean-Marc Ayrault

Le ministre de la défense,



Jean-Yves Le Drian

Le ministre délégué

auprès du ministre de la défense,

chargé des anciens combattants,

Kader Arif

 

Rendre hommage à ceux qui ont résisté à l'oppression

La Journée nationale de la Résistance est l'occasion d'une réflexion sur les valeurs de la Résistance et celles portées par le programme du Conseil national de la Résistance, comme :

  • le courage
  • la défense de la République
  • le souci constant de la justice, de la solidarité, de la tolérance et du respect d'autrui.

Elle permet également de rappeler aux jeunes générations l'engagement des hommes et des femmes qui se sont levés contre l'occupant nazi et le régime collaborationniste de Vichy.

Ce qui s’est passé le 27 mai 1943 :

Ce jeudi 27 mai 1943, il y a tout juste soixante-quinze ans, une vingtaine d’hommes se retrouvent au premier étage du 48, rue du Four à Paris, dans le 6e arrondissement, à quelques centaines de mètres des églises Saint-Sulpice et Saint-Germain-des-Prés. Tous se rejoignent dans l’appartement de René Corbin (1888-1948), ancien membre du cabinet de Pierre Cot (1895-1977), ministre de l’Air, puis du Commerce, sous le Front populaire. La réunion est conduite par Jean Moulin (1899-1943), alias « Rex », « Max », « Alix », lui aussi ancien membre du cabinet de Pierre Cot. Dans la France occupée, ils savent qu’ils prennent un risque considérable, car beaucoup d’entre eux sont recherchés pour « actes de terrorisme, de sabotage, assassinat… ». Cette vingtaine d’hommes représentent les principaux mouvements de résistance (Combat, Libération, Organisation civile et militaire…), deux syndicats (CFTC et CGT) et les partis politiques d’avant-guerre (SFIO, PCF, Fédération républicaine…).

Ce sont Robert Chambeiron, alias « Champion », Daniel Cordier « Alain », et Pierre Meunier « Morlaix » qui sont allés chercher les participants aux différentes stations de métro pour les conduire devant la porte d’entrée de l’immeuble, sans leur annoncer le numéro de la rue. Ils ne révèlent l’étage qu’au tout dernier moment.

Cette première réunion du Conseil national de la Résistance (CNR) le 27 mai aurait dû avoir lieu plus tôt. Mais, comme l’indique le compte rendu1, Jean Moulin l’a décalée “en raison du représentant indisponible de la Fédération républicaine”. Si cette séance rue du Four a pour dessein d’organiser l’union de la Résistance sur le territoire national, elle a également pour objectif de “consacrer la légitimité républicaine du général”, comme le rapporte Daniel Cordier2. Pour lui, “c’est la première réunion d’une assemblée représentative de la France résistante”, la première depuis la dissolution de facto du Parlement le 10 juillet 1940.

Plus concrètement, le CNR adopte une charte sur le rétablissement du “gouvernement de la France” sous la présidence du général de Gaulle. Il se prononce aussi en faveur d’un accord entre le général de Gaulle et le général Giraud. Il rappelle aussi les objectifs de la France combattante : “1) Faire la guerre ; 2) Rendre la parole au peuple français ; 3) Rétablir les libertés républicaines dans un État où la justice sociale ne sera point exclue et qui aura le sens de la grandeur ; 4) Travailler avec les Alliés à l’établissement d’une collaboration internationale réelle, sur le plan économique et spirituel, dans un monde où la France aura retrouvé son prestige.” Cette réunion, qui se tient dans “une atmosphère d’union patriotique et de dignité”, rappelle Moulin dans une lettre qu’il adresse à de Gaulle, pose les fondements d’un nouvel État. Le CNR n’a pas eu d’autre équivalent dans les pays occupés par le IIIe Reich. Il a joué un rôle déterminant au cours de la Libération, notamment en évitant que ne survienne une longue et pénible guerre civile, inhérente ou presque à chaque fin de conflit.

1 Rapport de Jean Moulin « Rex » à André Philip, 4 juin 1943, Archives nationales, F1a3738, dossier Rex)
2 Daniel Cordier, Alias Caracalla, Gallimard, coll. « Témoins », 2009,


Source : https://www.bvoltaire.fr/


Pour l’ANACR, qui a été une des chevilles ouvrières pour l’adoption de cette loi instituant la Journée Nationale de la Résistance, et pour les autres associations patriotiques, le 27 mai est devenu une journée marquée par des commémorations auxquelles s’associent de nombreux jeunes scolaires, collégiens et lycéens, souvent préparées en amont par la rencontre avec des témoins survivants de la Résistance. Ce passage de Mémoire, tant qu’il est encore possible, est un élément essentiel de la construction de l’esprit citoyen ciment de notre Nation.


Un autre 27 mai, en 1942 :

27 mai 1942

Élimination de Heydrich

Le 27 mai 1942, Reinhard Heydrich (38 ans) est mortellement blessé dans un attentat commis à Prague par des résistants tchèques parachutés de Londres.


Homme de confiance de Hitler, il était « Protecteur du Reich » en Bohême-Moravie et par ailleurs chef des services de sécurité nazis (RSHA) et grand ordonnateur de la « Solution finale ». À ce titre l'homme, il fut le plus puissant d'Europe après le Führer !

Tout en oeuvrant à l'extermination des Juifs, Heydrich est sollicité par Hitler pour soumettre la Bohême-Moravie (aujourd'hui République tchèque). Il instaure l'état d'exception sur le pays et fait couler le sang : massacres, déportations et germanisation forcée. Ses manières lui valent le surnom de « boucher de Prague ».

La résistance décide de passer à l'action et de liquider Heydrich. Un commando est formé en Écosse et parachuté en décembre 1941 au-dessus du territoire tchèque.

Au passage de la voiture, un parachutiste prend une bombe et la lance sur la voiture. Le dos labouré par des éclats, Heydrich est transporté à l'hôpital...

Furieux, Hitler ordonne de mettre Prague en coupe réglée. Sept parachutistes trouvent refuge dans la crypte de l'église orthodoxe Saints-Cyrille-et-Méthode.

Le 4 juin 1942, Heydrich succombe à ses blessures.

Le 10 juin 1942, un détachement de SS investit le paisible village de Lidice près de Prague. On suspecte des membres du commando de s'y être réfugiés. Le village est incendié et rasé.

Les fusillades se poursuivent dans tout le pays. L'un des membres du commando prend peur et livre à la Gestapo les noms de différentes familles qui hébergent des membres du commando.

En quelques heures, elles sont arrêtées et torturées. Les nazis remontent très vite les filières jusqu'à la crypte de Saint-Cyrille-et-Méthode. Les parachutistes résistent avec héroïsme, réservant leur dernière balle pour se donner la mort.

Bibliographie

L'élimination de Heydrich et l'opération « Anthropoïd » ont inspiré à Laurent Binet, 37 ans, agrégé de lettres, le roman HHhH (Grasset, 442 pages, 20,90 euros). Le titre dérive d'un surnom donné à Heydrich par les SS : « Himmlers Hirn heisst Heydrich » (Le cerveau de Himmler s'appelle Heydrich). Le roman a obtenu le 2 mars 2010 le prix Goncourt du premier roman 2010.

Source https://www.herodote.net/27_mai_1942-evenement-19420527.php

 


 Mercredi 20 mai :  Place de la Poste, tous les mercredi de 17h à 19h, vous retrouvez légumes et fruits, fromages de chèvre et de vache ainsi que les produits de la savonnerie artisanale "Bruit de Bulle". Un marché riche en produits frais et locaux qui est appelé à s'étoffer au fil de la saison tout en respectant les règles d'hygiènes actuelles. Cette initiative vise à soutenir et promouvoir les producteurs locaux mis à mal par la crise sanitaire actuelle.



 Vendredi 15 mai :  L'Association pour le Don du Sang Bénévole de la Montagne Bourbonnaise et l'EFS ont organisé leur deuxième collecte de sang de l'année à la salle de la Boulaire au Mayet de Montagne. Cette collecte qui s'est déroulée sur rendez-vous en raison de la pandémie de coronavirus a rassemblé 52 donneurs dont un nouveau. La prochaine coollecte se tiendra le vendredi 28 août 2020 à la salle des fêtes de Ferrières-sur-Sichon.

  

 Mardi 12 mai :  La Maison de la Vallée du Sichon est de nouveau ouverte, du mardi au samedi, de 14 h à 18 h.

 Mardi 12 mai :  En ce deuxième jour de déconfinement, 29 des 51 élèves et leurs trois enseignants ont repris le chemin de l'école. Tout a été fait pour que les mesures d'hygiènes préconisées soient mises en oeuvre. La cantine est assurée sur place. Les enfants sont accueillis en deux groupes de manière à respecter les règles de distanciation sociale et l'ensemble du réfectoire est désinfecté entre chaque service. La garderie périscolaire n'est pas maintenue pour permettre au personnel communal de se consacrer à l'ensemble des tâches imposées par le respect des différentes règles sanitaires.

 

 Lundi 11 mai :  La mairie et l'Agence Postale Communale sont à nouveau ouvertes au public aux horaires habituels à savoir du lundi au vendredi de 8h45 à 12h15 et de14h à 16h45. Les personnes qui doivent s'y rendre sont invitées à respecter les gestes barrrières pour se protéger et protéger les autres du Coronavirus. Du gel hydro-alcoolique est mis à disposition des usagers. Une seule personne à la fois est acceptée dans les locaux.

 Samedi 9 mai & Dimanche 10 mai :  Une distribution de 2 masques en tissu (lavables et réutilisables) aux Farréraud(e)s provenant d’une dotation de Vichy Communauté et du Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes a été effectuée le samedi 9 après-midi et le dimanche 10 mai au porte-à porte-par l'équipe municipale.



 Vendredi 8 mai :  Compte tenu du contexte de crise sanitaire, la commémoration de la victoire du 8 mai 1945 s'est déroulée en comité strictement restreint. Assistés d’un porte-drapeau, Jean-Marcel LAZZERINI, maire et ses adjoints, ont déposé une gerbe au monument aux morts. Les Farrérauds étaint invités à respecter une minute de silence et à pavoiser leur domicile.



Message du Président de la République

à l’occasion de la commémoration de la victoire du 8 mai 1945


" Ce 8 mai ne ressemble pas à un 8 mai.

Il n’a pas le goût d’un jour de fête.

Aujourd’hui, nous ne pouvons pas nous rassembler en nombre devant les monuments de nos villes, sur les places de nos villages, pour nous souvenir ensemble de notre histoire.

Malgré tout, la Nation se retrouve par la pensée et les mille liens que notre mémoire commune tisse entre chacun de nous, cette étoffe des peuples, que nous agitons en ce jour dans un hommage silencieux.

 

C’est dans l’intimité de nos foyers, en pavoisant nos balcons et nos fenêtres, que nous convoquons cette année le souvenir glorieux de ceux qui ont risqué leur vie pour vaincre le fléau du nazisme et reconquérir notre liberté. 

C’était il y a 75 ans.

Notre continent refermait grâce à eux le chapitre le plus sombre de son histoire : cinq années d’horreur, de douleur, de terreur.

 

Pour notre pays, ce combat avait commencé dès septembre 1939.

Au printemps 1940, il y a 80 ans, la vague ennemie avait déferlé sur les frontières du Nord-Est et la digue de notre armée n’avait pas tenue.

Nos soldats pourtant s’étaient illustrés à de nombreuses reprises. Ceux de Montcornet, d’Abbeville, de Gembloux ou de Stone, les hommes de Narvik, les cadets de Saumur, l’armée des Alpes avaient défendu avec vigueur notre territoire et les couleurs de notre pays.

Ils sont « ceux de 40 ». Leur courage ne doit pas être oublié.

Dans le crépuscule de cette « étrange défaite », ils allumèrent des flambeaux. Leur éclat était un acte de foi et, au cœur de l’effondrement, il laissait poindre la promesse du 8 mai 1945.

 

Cette aube nouvelle fut ensuite conquise de haute lutte par le combat des armées françaises et des armées alliées, par les Français Libres qui jamais ne renoncèrent à se battre, par le dévouement et le sacrifice des Résistants de l’Intérieur, par chaque Française, chaque Français qui refusa l’abaissement de notre nation et le dévoiement de nos idéaux.

La grande alliance de ces courages permit au Général DE GAULLE d’asseoir la France à la table des vainqueurs.

La dignité maintenue, l’adversité surmontée, la liberté reconquise, le bonheur retrouvé : nous les devons à tous ces combattants, à tous ces Résistants.

A ces héros, la Nation exprime son indéfectible gratitude et sa reconnaissance éternelle.

 

Le 8 mai 1945, c’est une joie bouleversée qui s’empara des peuples. Les drapeaux ornaient les fenêtres mais tant d’hommes étaient morts, tant de vies étaient brisées, tant de villes étaient ruinées. A la liesse succéda la tristesse et la désolation. Avec le retour des Déportés, les peuples découvrirent bientôt la barbarie nazie dans toute son horreur…

 

Rien, plus jamais, ne fut comme avant.

La fragilité révélée de nos vies et de nos civilisations nous les rendit plus précieuses encore. Au bout de cette longue nuit qu’avait traversé le monde, il fallait que l’humanité relevât la tête. Elle venait de découvrir horrifiée qu’elle pouvait s’anéantir elle-même et il lui fallait désormais refaire le monde, de fond en comble, ou à tout le moins « empêcher que le monde ne se défasse », selon le mot de Camus.

Ce fut l’heure, en France, de l’union nationale pour fonder « les beaux jours » annoncés par le Conseil National de la Résistance et bientôt retrouvés.

L’heure, en Europe, de l’effort commun pour bâtir un continent pacifié et fraternel.

L’heure, dans le monde, de construire les Nations unies et le multilatéralisme. 

 

Aujourd’hui, nous commémorons la Victoire de ce 8 mai 1945, bien sûr, mais aussi, mais surtout, la paix qui l’a suivie.

C’est elle, la plus grande Victoire du 8 mai. Notre plus beau triomphe.

Notre combat à tous, 75 ans plus tard.

 

Vive la République !

Vive la France ! "



QUE CELEBRONS-NOUS LE 8 MAI ?


Le 8 mai est un jour aux significations multiples. Ce jour férié depuis 1953 rappelle tout d'abord la victoire des Alliés - Union soviétique, Etats-Unis, Royaume-Uni, France libre... - sur le théâtre européen dans la Seconde guerre mondiale, et la capitulation de l'Allemagne nazie en 1945, même si cette date est contestée. Mais ce jour est aussi lié au souvenir tragique des massacres de Sétif, en Algérie, et à des célébrations honorant la mémoire de Jeanne d'Arc.

Ces différents événements n’ont pas la même résonnance dans la France d’aujourd’hui. Quelques rappels historiques ne sont sans doute pas inutiles.


Fêtes johanniques d'Orléans



Les fêtes johanniques d'Orléans sont une manifestation annuelle française célébrée à Orléans (Loiret) depuis 1431 ou 1432 pour fêter la délivrance, le 8 mai 1429, par Jeanne d'Arc et son armée, de la ville assiégée par les Anglais. Cette manifestation est inscrite depuis mars 2018 à l'inventaire du patrimoine culturel immatériel en France1 en tant que pratique rituelle et festive2.

Le 8 mai 1429, les Anglais lèvent le siège d'Orléans après que Jeanne d'Arc soit montée à l'assaut de leurs défenses. C'est le premier succès de celle qui sera plus tard surnommée la Pucelle d'Orléans (pucelle au sens ancien de jeune fille).

*Pour en savoir plus : https://www.herodote.net/8_mai_1429-evenement-14290508.php


8 mai 1945, les massacres de Sétif

En lien direct avec la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe, les événements du 8 mai 1945 à Sétif, en Algérie , ont bien du mal à intégrer la mémoire collective française.

Les massacres de SétifGuelma et Kherrata sont des répressions sanglantes qui suivirent les manifestations nationalistesindépendantistes et anti-colonialistes qui sont survenues en mai 1945 dans le Constantinois, en Algérie, pendant la colonisation française.

Elles débutent le 8 mai 1945. Pour fêter la fin des hostilités de la Seconde Guerre mondiale et la victoire des Alliés sur les forces de l'Axe, un défilé est organisé. Les partis nationalistes algériens, profitant de l'audience particulière donnée à cette journée, appellent à des manifestations pour rappeler leurs revendications. Les manifestations sont autorisées par les autorités à la condition que seuls des drapeaux français soient agités. À Sétif, après des heurts un policier tire sur Bouzid Saâl, jeune scout musulman tenant un drapeau de l'Algérie, et le tue, ce qui déclenche plusieurs émeutes et actions meurtrières des manifestants, avant que l'armée n'intervienne.

Il y a parmi les Européens 102 morts1 et autant de blessés[réf. nécessaire]. Le nombre des victimes algériennes, difficile à établir, est encore sujet à débat 70 ans plus tard. Les autorités françaises de l'époque fixent le nombre de tués à 1 165 (rapport du général Duval). Le gouvernement algérien reprend, par la suite, le nombre de 45 000 morts avancé par le Parti du peuple algérien (PPA). En juillet 1945, devant l'Assemblée, il est demandé au ministre de l'intérieur d'annoncer 15 000 victimes2. Selon François CochetMaurice FaivreGuy Pervillé et Roger Vétillard, certains historiens évalueraient le nombre des victimes dans une fourchette allant de 3 000 à 8 000 victimes3 alors que Jean-Louis Planche ou Gilbert Meynier donnent pour plausibles une fourchette allant de 20 000 à 30 000 morts.

Commémorée chaque année en Algérie, la tentative insurrectionnelle avortée de 1945 a servi de référence et de répétition générale à l'insurrection victorieuse de 19544 et même de premier acte de la guerre d'Algérie5. L'ambassadeur de France en Algérie, dans un discours officiel à Sétif en février 2005, a décrit cet événement comme une tragédie inexcusable6.

Source : Wikipédia

*Pour en savoir plus : https://www.herodote.net/8_mai_1945-evenement-19450508.php


La victoire des Alliés sur le nazisme en Europe

Que s'est-il passé le 8 mai 1945 ? La capitulation

Officiellement, le nom du jour férié correspondant au 8 mai est "Victoire de 1945". L'utilisation du mot armistice, comme dans l'expression "armistice de 1945", que l'on trouve sur certains calendriers, n'est pas correcte. En effet, un armistice est une convention signée par des gouvernements. Elle met fin à un conflit armé en temps de guerre, mais ne met pas fin à l'état de guerre. C'est ce type de document qui a été signé le 11 novembre 1918 dans le wagon de Rethondes, démarrant un cessez-le-feu et les négociations qui aboutiront au Traité de Versailles, signé par l'Allemagne et les Alliés. En 1945, il s'agit bel et bien d'une capitulation du Troisième Reich. En effet, il s'agit d'une reddition pure et simple d'un belligérant, de la fin des combats et de l'état de guerre. D'où l'appellation "victoire de 1945" et non "armistice de 1945".

 

Quelle est l'histoire du 8 mai ?

Le 8 mai a été adopté comme le jour de commémoration de la capitulation de l’Allemagne lors de la Seconde guerre mondiale. Pourtant, la réalité est nettement plus complexe. D’abord parce que cet événement ne marque la fin de la Seconde guerre mondiale qu’en Europe, le conflit se poursuivant encore pendant quatre mois dans le Pacifique, entre le Japon et les Etats-Unis. Ensuite parce que différents actes de capitulation ont été signés à différents moments entre le 7 et le 9 mai, selon le référent temporel choisi.

Dans tous les cas, le début du mois de mai 1945 marque l’effondrement du Troisième Reich. Le 30 avril, Adolf Hitler se suicide dans son bunker de la chancellerie, tandis que les soldats soviétiques sont dans Berlin. Joseph Goebbels tente de prendre contact avec les Alliés afin de signer un armistice. Incapable d’établir le lien et refusant une capitulation sans condition, il se donne la mort avec son épouse et ses enfants le 1er mai. Le lendemain, la Bataille de Berlin s’achève avec la capitulation du général allemand Helmuth Weidling et des hommes chargés de la défense de la capitale. Du 4 au 6 mai, l’ensemble des forces nazies restantes (aux Pays-Bas, en Allemagne du Nord, au Danemark, en Bavière, à Breslau) se rendent aux Alliés. Herman Göring, le plus haut dignitaire nazi vivant, se livre aux autorités américaines à la frontière germano-autrichienne.

Il y a en réalité deux documents de capitulation : la première capitulation du 7 mai 1945, à Reims, et la deuxième capitulation du 8 mai 1945, à Berlin. Le grand-amiral Karl Dönitz a été nommé président du Reich par Hitler dans son testament. A la tête d’un gouvernement provisoire du Reich, il tente de négocier une série de redditions partielles face aux alliés occidentaux, afin de pouvoir continuer le combat à l’est contre les troupes soviétiques. Les Américains refusent le compromis. Le général allemand Alfred Jodl, envoyé par Dönitz, signe la capitulation le 7 mai à 2h41 du matin. Ce moment historique a eu lieu dans une salle du Collège technique et moderne de Reims, qui était alors le QG des forces alliées.

Seulement, cette signature n’est pas du goût de Staline, qui regrette l’absence de hauts-représentants soviétiques lors de cette signature. Une seconde capitulation est organisée le 8 mai dans la soirée à Karlshorst, près de Berlin. Cette fois, c’est le Commandant suprême de l’Armée rouge, Gueorgui Joukov, qui préside à la signature. C’est Wilhelm Keitel, commandant suprême des forces armées allemandes, qui signe la capitulation. Elle rentre en application à 23h01 le 8 mai. A l’heure de Moscou, cette heure correspond au 9 mai à 01h01 du matin. Aujourd’hui, c’est le 9 mai qui est célébré comme le jour de la capitulation allemande en Russie.

Source :https://www.linternaute.fr/


  Jeudi 7 mai :  Les masques pour enfants commandés par le Conseil départemental de l'Allier sont arrivées avant la réouverture de l'école. Ces équipements en tissu livrés aux communes ont été remis aux parents d’élèves pour les enfants du CP au CM2. A Ferrières-sur-Sichon cette distribution s'est faite à l’école par les employées communales dans le respect des gestes barrières et la distanciation sociale. La dotation est de deux masques par enfant. Ils devront être lavés avant la 1ère utilisation.




 C'est bon à savoir ... 

 

 

GARDER LE CONTACT AVEC L'APPLICATION INTRAMUROS

 

En complément de son site Internet, la commune de Ferrières-sur-Sichon vient de se doter de l’application mobile « Intramuros » qui permet aux habitants d’avoir un grand nombre d’informations pratiques sur leur smartphone.

L’application sera dans un premier temps consacrée essentiellement à la diffusion d’alertes et d’informations en lien avec l’épidémie du COVID-19.

Simple d'utilisation et facile d'accès, ce nouveau moyen de communication sera dédié à la vie quotidienne de la commune. On y retrouve les événements, animations et manifestations à venir, les actualités ponctuelles, les menus de la cantine scolaire.

Cet outil va plus loin et donne la possibilité d'interagir plus facilement avec la mairie : instantanément, les administrés peuvent alerter, signaler un incident, des dégradations en renseignant simplement une photo, le lieu et un descriptif rapide.

Les habitants pourront aussi s'abonner gratuitement au système d'alerte de l'application et recevoir des notifications  « push »  envoyées directement par la mairie mais aussi, s’ils le souhaitent, par les associations, les commerçants ou les enseignants.

Spécialement conçue et développée pour les collectivités territoriales, l'application Intramuros est téléchargeable gratuitement depuis n'importe quel smartphone, sur Apple Store ou Android.

 

Vous pouvez visionner la vidéo de présentation en cliquant sur le lien suivant :  https://youtu.be/7VME6oIGbfo

 

 

 

 

 

FERRIERES SUR SICHON EN VIDEO A LA FIN DES ANNEES 60


Voici un fim qui a été réalisé par Mario ROBERT. Armé de sa caméra Super 8, Mario nous fait revivre le Ferrières de la fin des années 60. On y voit la vie du village mais aussi des fêtes et cérémonies qui ont marqué cette époque.

Des images qui rappelleront certainement de très bons souvenirs aux plus anciens. Quand aux plus jeunes, s'ils sont attentifs, ils y reconnaîtront peut-être leurs parents enfants.

Bon film !


Vous pouvez visionner le film en cliquant   ICI 


Pour ce 96e anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, de nombreuses cérémonies ont eu lieu sous un temps maussade, et même pluvieux pour beaucoup. Cela n'a pas empêché la population de se rendre en nombre aux commémorations pour rendre hommage aux soldats morts pendant la 1ère Guerre Mondiale, aux côtés des élus des communes, mais aussi des associations des anciens combattants avec les portes drapeaux.

Dans chaque commune, dépôt de gerbe, minute de silence, Marseillaise... ont ponctué cette commémoration de l'armistice du 11 novembre, entamée par la lecture du message du Ministre Kader Arif, ministre délégué auprès du Ministre de la défense, chargé des anciens combattants.

Une journée de mémoire pour rendre hommage aux soldats morts pendant la 1ère Guerre Mondiale. - See more at: http://www.hauteprovenceinfo.com/article/11/11/2013/les-communes-ont-commemore-larmistice-du-11-novembre-1918/3379#sthash.Z79s00WB.dpuf

En cette année 2014, cent ans après le début de la Grande Guerre, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 prend une autre dimension…

- See more at: http://www.hauteprovenceinfo.com/article/11/11/2014/les-communes-des-alpes-de-haute-provence-ont-commemore-larmistice-du-11-novembre/5289#sthash.MnJYbkPs.dpuf

Comme partout en France, les communes des Alpes-de-Haute-Provence ont commémoré l'Armistice de la 1ère Guerre mondiale en ce 11 novembre, de Manosque à Barcelonnette, en passant par Malijai, Montfuron, Pierrevert, Saint-Julien-du-Verdon... Les communes se sont souvenues de leurs enfants morts pour la France sur les champs de bataille que ce soit du côté de Verdun, de la Somme, ou ailleurs...

Pour ce 96e anniversaire de l'Armistice du 11 novembre 1918, de nombreuses cérémonies ont eu lieu sous un temps maussade, et même pluvieux pour beaucoup. Cela n'a pas empêché la population de se rendre en nombre aux commémorations pour rendre hommage aux soldats morts pendant la 1ère Guerre Mondiale, aux côtés des élus des communes, mais aussi des associations des anciens combattants avec les portes drapeaux.

Dans chaque commune, dépôt de gerbe, minute de silence, Marseillaise... ont ponctué cette commémoration de l'armistice du 11 novembre, entamée par la lecture du message du Ministre Kader Arif, ministre délégué auprès du Ministre de la défense, chargé des anciens combattants.

Une journée de mémoire pour rendre hommage aux soldats morts pendant la 1ère Guerre Mondiale. - See more at: http://www.hauteprovenceinfo.com/article/11/11/2013/les-communes-ont-commemore-larmistice-du-11-novembre-1918/3379#sthash.Z79s00WB.dpuf

En cette année 2014, cent ans après le début de la Grande Guerre, la commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918 prend une autre dimension…

- See more at: http://www.hauteprovenceinfo.com/article/11/11/2014/les-communes-des-alpes-de-haute-provence-ont-commemore-larmistice-du-11-novembre/5289#sthash.MnJYbkPs.dp
 Activités régulières ... à Ferrières 

Le coin des producteurs locaux :  le mercredi soir (de 17h à 19h place de la Poste) ... les producteurs locaux vous attendent ...

 

Patchwork :  le vendredi de 9h à 11h30 à l'ancienne mairie (salle du 1er étage / ancienne mairie), sauf vacances scolaires

Ateliers Gym Douce et Gym Pilates pour les + de 55 ans :  le lundi de 14h à 15h Gym Douce et de 15h à 16h Gym Pilates à la salle des fêtes  (Karine MARRE - animatrice tél. 06 28 43 77 12 ou Codep EPGV tél. 04 73 34 49 12)

Club de l'Amitié : l'après-midi, le 2ème jeudi du mois dans les locaux du club, place de l'église

Chorale " Les Grenouilles " : avec l'Association " Les P'tits Mozart " les répétitions se déroulent le vendredi après-midi hors vacances scolaires, de 14h à 16h à l'ancienne mairie (salle de musique)

Musique : cours le jeudi et le vendredi après-midi à l'ancienne mairie (salle de musique), sauf pendant les vacances scolaires

Sapeurs-pompiers : Rejoignez les sapeurs pompiers volontaires de Ferrières-sur-Sichon !


                                 
Pour plus de renseignements sur l'ensemble de ces activités vous êtes invités à consulter la rubrique " Loisirs / Les activités " du site.


Ferrières sous l'objectif des photographes 


Afin d'agrémenter ce site avec des photos numériques, nous sommes preneurs de vos clichés mettant en valeur FERRIERES … son bourg, ses paysages, son patrimoine …

                               
Une évolution « au gré des saisons » serait un plus. Merci de nous transmettre vos photos libres de droit à cette adresse courriel : ferrieres.siteweb@gmail.com

                        

 Statistiques de fréquentation du site 

Au 16.5.2020 depuis la création du site en janvier 2011 :

Nb d'utilisateurs : 75 283
Nb de sessions : 207 275
Durée moyenne des sessions : 1 minutes 55
(Source : Google Analytics)





© Copyright 2011 -- Réalisation et Design Trifiro-Développement -- Contenu du site Internet Responsables Communication de la Mairie de Ferrières sur Sichon --